vendredi 3 novembre 2017

Mille clubs ? Trois au moins.

J'ai finalement appelé la mairie de Ouroux-en-Morvan. C'est toujours mieux d'aller à la source, surtout que j'avais eu un peu peur en allant voir sur Google ce qu'était devenu ça :


Les plus chevronnés d'entre vous, les aficionados de la petite architecture Trenteglorieusienne, les sauveteurs de Patrimoine minuscule mais important, les amateurs de cabanes en plastique de tout acabit auront reconnu un Mille Club du type SEAL-Béchu, ici appelé par les Éditions Nivernaises : la Maison des Jeunes.
Ils avaient bien de la chance les jeunes de Ouroux-en-Morvan de pouvoir passer du temps libre dans cette superbe architecture qui a marqué les esprits du lieu et l'histoire de l'architecture. Comment ne pas être en effet amouraché de ces clubs faisant bien de l'œil à Jean Prouvé dont la leçon de mécanique de montage, de légèreté est ici bien apprise. On a bien cette impression que l'on pourrait venir demain démonter tout en un après-midi ! Les panneaux, les ouvertures, la pente du toit, le métal apparent, ainsi d'ailleurs que les très belles couleurs franches et modernes donnent à cette Maison des Jeunes une allure folle, joyeuse et bien typée. On voit comment aussi il s'agit d'une grande transparence, offrant aux jeunes dedans la lumière du dehors et aux adultes dehors la vision sur la jeunesse...
Mais non ! Je ne tomberai pas dans ce piège d'une architecture de la surveillance, je laisse ça aux pauvres héritiers de la french theory en manque d'autoritarisme et aux guydebordiens en manque de spectacle.
Moi, j'aurais aimé arriver en Solex, voir de loin, au travers des fenêtres les potes jouant au baby foot, savoir que j'allais pouvoir faire mes tirages au club photo ou préparer une soirée ABBA costumée. Alors, hier, au téléphone, la secrétaire de Mairie de Ouroux-en-Morvan (merci !), répétant les mots de André Guyolot le Maire juste derrière elle me réconforte. Non, la Maison des Jeunes de Ouroux-en-Morvan n'est pas menacée, oui, il est bien question de la restaurer et peut-être avec les jeunes eux-mêmes. Des nouveaux alors car ceux de 1965 sont bien âgés maintenant.
Remercions vivement ce maire et sa commune de vouloir sauver et défendre ce bel héritage. Vous avez raison Monsieur le Maire ! Sauvez cette Maison de la Culture, sauvez ce Patrimoine méconnu !
D'ailleurs sa date de création m'étonne un peu car cela place cette Maison des Jeunes hors de la politique des Mille Clubs... On m'informe qu'à Cervon ou à Lormes des modèles identiques furent montés. En effet, on les trouve facilement. Celui de Cervon semble en meilleur état que celui de Lormes. Il nous faudra aussi mener l'enquête de ce côté-là. Et un jour, peut-être, la clé de 17 en main, nous irons démonter et sauver l'un de ces exemplaires. Qui sait !
Vive la jeunesse nivernaise ! Vive le Maire ! Vive Dédé !



Quelques repères Google Earth, dans le désordre, pour les suiveurs en manque de safari post-moderne et de croyance d'invention  :








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire