samedi 26 janvier 2013

Royan : faire le point (haut)

Tiens ?
Et si nous évoquions Royan à nouveau ? Regardons quelques cartes postales qui nous poseront dans des points hauts de la ville.
Certainement l'une des plus étonnantes cartes postales de Royan :



Michel Marcou éditeur et photographe de cette carte postale nous place en un endroit simplement incroyable et, pour le coup, totalement inédit à Royan.
Notre regard se porte sur la grande conche au loin et au second plan sur la ville et le Palais des Congrès dont on perçoit bien le toit et son système constructif. On perçoit également très bien l'agrandissement de ce Palais.



Mais...
Mais quel est cet oculus de béton qui dessine ainsi un cadre à ce point de vue, sur quelle construction Michel Marcou est-il juché ?
C'est facile pour les connaisseurs de la ville ! Il est sur la Tour de Foncillon ! On perçoit très bien par exemple sur cette carte postale cette ouverture dans le béton au sommet de la tour!





Incroyable localisation pour une image d'une grande qualité et qui prouve aussi la qualité des détails d'une architecture moderne. La Tour de Foncillon est dessinée dans tous ses détails même les moins visibles et comment s'étonner de cela de la part de Monsieur Simon son architecte. Merci de cette révélation Monsieur Marcou ! Ce regard sur l'architecture et sur la ville démontre bien le désir d'originalité et la parfaite connaissance aussi de la ville par un photographe de cartes postales. Nous noterons avec intérêt que cette carte postale fut expédiée en 1981.
Continuons notre exploration :



Cette fois c'est l'éditeur Elcé (L. Chatagneau) qui réalise cette édition et ce point de vue.On remarquera la proximité avec le précédent même si on comprend que nous sommes plus bas. Au premier plan c'est bien le toit de la Barre de Foncillon (Résidence des Congrès). On reconnaît le petit édicule vu sur la carte postale de Monsieur Marcou.
Mais sommes-nous encore depuis la Tour de Foncillon ? Il semble bien que oui.
J'imagine nos photographes de cartes postales sonnant chez les habitants, demandant à monter dans la tour pour faire leurs clichés ! Cela doit être bien amusant ! Ce qui est intéressant aussi c'est bien ce désir d'images originales, de points de vue uniques sur la ville. Il faut innover et les photographes de cartes postales dans ce désir, à la fois inventent mais aussi perpétuent des points de vue identiques ou presque !
Monsieur Chatagneau a-t-il quelques années après son cliché indiqué à Monsieur Marcou son "spot" ?
La carte postale de Monsieur Chatagneau nous permet aussi de bien lire les informations sur les couleurs des façades des immeubles de Royan avant 1965. On devine le beau jaune sur l'hôtel.



 Mais on perçoit aussi le casino de Monsieur Ferret. Le jardin du Palais des Congrès montre aussi que la ville a su garder des espaces libres et ouverts, protégés des vents marins.
Une nouvelle fois, les photographes de cartes postales par leur travail, informent, document, restituent l'incroyable jeu urbain, l'histoire de l'architecture. Ils sont les témoins du regard sur une ville : Royan.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire